jeudi 6 septembre 2012

Laisse le vent souffler

 Aaron Freeman - Marvelous Clouds [Partisan Records, 2012]

Quand je commence à parler de l'album Marvelous Clouds d'Aaron Freeman (Gene Ween), impossible de me dire autre chose que: "J'étais nu sur le canapé, Aaron s'est mis à chanter".
Il y a deux ou trois trucs supplémentaires à préciser mais on pourrait s'arrêter là. Première chose, Ween a splitté ce printemps et on sait bien qu'un split n'est qu'une bonne raison d'aller vers de nouvelles contrées toujours plus aventureuses en rupture avec la routine installée. C'est donc dans la foulée que Gene Ween a retrouvé son vrai patronyme pour publier "seul" un disque de reprises de Rod McKuen, songwriter qui a écrit pour de grands noms dans les années 60/70. Voilà l'homme:

Freeman a pioché dans un recueil d'inédits de ce monsieur et cela donne un bouquet pastel de chansons cotonneuses (ou l'inverse). Un truc fait pour aller gambader dans les blonds blés mûrissant. Bien loin de la face "brown" de Ween mais plus près des passages les plus pop de White Pepper (sans le côté Skylarking). Il est fan de soft rock 70's et pour les concerts où ce disque va êtré joué, il a en tête de sonner comme le Live In London de Leonard Cohen. J'espère qu'il va y arriver. Qu'il va les trouver les choristes qui mettront leurs gros culs dans le plat. C'est tout ce que je lui souhaite étant donné la qualité de ce disque.



- Jean ressemble à Can't help Fallin In Love 
- Gene Ween a eu quelques problèmes récents de forte dépendance et les fans se sont inquiétés de la subite couleur blanche qu'a pris sa chevelure. Il semble aller mieux selon cette interview:


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire