samedi 14 février 2015

Singles

Je suis très en retard sur l'enregistrement de la 4è émission mais en attendant que ça arrive, je me suis amusé à faire un petit commentaire de quelques chansons qui sont passées dans mon baladeur ces jours-ci.

Paul Westerberg - Nothing to no one

C'est sur Stereo, la partie lo-fi / acoustique du double album Mono/Stereo de 2002 sorti chez Vagrant. Il a quand même le coup pour en faire des bonnes et les chanter avec sa voix qui ressemble à personne. QUand je l'écoute, j'ai chaque fois l'impression qu'elle va lâcher à un moment ou à un autre et qu'elle va s'envoler de ses propres ailes. C'est pas non plus cette chanson qui représente le plus ce que je dis, elle est très douce et sa voix plus posée. Je vais voir les Replacements en mai. A l'heure actuelle, j'aurais préféré voir un concert de Westerberg tout seul avec sa guitare.

Wilco - Outta site outta mind (live)

C'est joué de façon plus rythmée que sur l'album Being There dont elle est tirée, avec un gimmick de piano qui la rend plus pop. Ca devient presque une chanson guillerette de comédie musicale comme ça. C'est sur le coffret Alpha Mike Foxtrot qui est paru l'année dernière et qui compile en 4 disques des lives, des versions alternatives et des démos. C'est très homogène et très bien fait pour ce genre d'exercice.


Led Zeppelin - When the Levee Breaks

C'est le morceau qui ferme Led Zeppelin IV. J'ai appris il y a pas longtemps que c'est une reprise d'un vieux blues, ce qui ne surprend pas outre mesure. Je suis en train de lire "Led Zep, gloire et décadence du plus grand groupe du monde" de Barney Hoskins, et qu'est-ce que j'en retire? Déjà le plaisir de lire un bouquin qui compile des citations des membres du groupe et de leur entourage. J'en retiens aussi que des milliers de gens étaient marqués par leurs concerts. Des milliers de gens touchés en même temps qui voulaient les voir jouer deux fois le même set. Je me suis fait la réflexion que la musique des Who était violente à cause de la frustration, et celle de Led Zeppelin "était" le sexe.  Chuck Klosterman, qui commence à être mon écrivain pop préféré, dit ceci:  "Led Zeppelin sonnent comme ce qu'ils sont, mais ils sonnent aussi comme ce qu'ils ne sont pas. Ils sonnent comme un groupe de blues anglais. Ils sonnent comme un brachiosaure au sang chaud. Ils sonnent comme l'assaut d'Hannibal à travers les Alpes. Ils ont l'air sexy, sexiste et asexué à la fois. Ils ont autant l'air sombres que défoncés. Ils ont l'air malicieux et idiots à la fois. Ils ont l'air d'être plus vieux que toi mais juste un peu. Led Zeppelin sonne de la façon qu'un type cool doit agir."


Coconut Records – Mama

C'est un blues. C'est à noter parce que ce n'est pas le registre de Schwartzman. Ce titre c'est du blues / pop. Ca faisait longtemps que j'avais pas écouté Nighttiming et je pense que c'est un grand disque pop qui peut faire danser, ce qui n'est pas anodin. J'avais découvert la musique de Jason Schwartzman à travers Coconut Records mais aussi en tant que batteur chez Phantom Planet sur le myspace de Weezer. Ce n'est pas un hasard quand on écoute Back To you et quand on sait que le comédien a prénommé sa fille Marlowe Rivers. C'est aussi un grand fan de Sloan.

Cracker – Shine

David Lowery a une voix qui s'accorde bien avec les choeurs soul féminins. J'ai beaucoup d'admiration pour ce gars. Il me rassure. J'ai envie de lui ressembler. C’est une chanson tirée de Greenland qui est un très bon album. J'aime beaucoup The Golden age aussi qui n'a pourtant pas l'air de faire l'unanimité. Ca devient un de mes groupes préférés. J'ai du mal à réécouter Camper Van Beethoven par contre à part Our Beloved Revolutionary Sweetheart. Cracker a sorti un nouvel album en fin d'année dernière dont j'ai écouté le début mais pas sur un bon support. Un des premiers morceaux a un rythme ska qui rappelle Camper.


Billy the kill - The hardest is a better way to begin

C'est une chanson écrite quand il voulait arrêter de boire. Elle cause aussi de solitude et de liberté. C'est celle que je préfère de cet album. 








Nada Surf – Question

C'est sur leur disque de reprises. Je n'ai aucune idée de qui elle est celle-là. La première partie est punk puis ça se ralentit au milieu pendant un long moment mélodique, puis ça repart. En le disant comme ça on dirait que je parle d'une chanson de Nada Surf sur "The Proximity Effect", mais non. J'adore la reprise des Go-Betweens. Fin janvier, c'est donc tout frais, j'ai vu Matthew Caws seul avec sa guitare pour un concert qui m'aura quand même bien marqué, révélant, si on ne l'avait pas remarqué avec les albums de Nada Surf, un grand songwriter. Je sors les superlatifs un peu pompeux mais c’est vrai que ça m’a un peu secoué et autant vous dire de suite que Nada Surf est le groupe que j'ai vu le plus grand nombre de fois en concert. Une fois que tout le monde a été parti, sur demande, il a joué Killian's Red pour les quelques personnes restées discuter. On était pas plus de 10. Inutile de dire que c'était un autre état d'esprit au concert de Black Zombie Procession vus la veille. Les grands écarts sont bons pour la santé. Je lui ai acheté cet album et celui de Minor Alps, duo qu'il forme avec Juliana Hatfield, dont l'album est sorti en 2012 et sur lequel je vous conseille d'écouter Maxon.

Dropsonic - My girl

Dropsonic, ils opèrent un croisement très personnel de Led Zep, accentué par l'harmonica sur celle-là, avec la classe d'une voix un peu maniérée et traînante à l'anglaise. Le groupe est américain. J'ai perdu son nom mais il y a une grande balade sur ce disque, (The big nothing, après recherche). Insects with angel wings est un album dont la production est impeccable.



Ken Stringfellow - One Morning

C'est un titre élancé tout en acoustique qui aurait pu se trouver sur un album des Posies. On adopte la mélodie très rapidement par rapport à d'autres de ses chansons solo aux mélodies moins évidentes mais tout autant remarquables grâce à son chant singulier qu'on peut parfois prendre pour une voix  de femme.



Billy Gaz Station - Different Places

C'est le morceau le plus pop de "Inferno Attack!". C'était celui qui m'avait le plus plu quand c'est sorti.









Chris Staples - Hold on to something

A la fin de son concert, Matthew Caws a pris du temps pour discuter avec les personnes qui le désiraient. Je l'ai remercié de m'avoir fait découvrir John Vanderslice en première partie de Nada Surf vers 2005. Il m'a conseillé sur Barsuk d'écouter Chris Staples. La voix est claire, la production est nette, on distingue tous les instruments. Ce morceau un peu chaloupé est un beau morceau. Ca m'étonnerait pas que ce soit un des meilleurs de l'album. Je n’ai pas encore passé de temps avec l’album entier.


The Replacements – Androgynous

La chanson cause des genres qui se confondent. La musique, c'est un piano voix. Alors putain ça, si c'est pas un plaisir de se le remettre dans les oreilles. Je vais voir la bande en mai, ah putain, quand même. J'ai fait un contrôle du line up actuel. Y'a de grandes chances de trouver Josh Freese à la batterie. Il doit avoir le don d'ubiquité le gars, et vas-y que je frappe pour Weezer, pour Devo, pour les Vandals, Ween (sur Québec), Nine Inch Nails, Paramore, Goo Goo Dolls, Avril Lavigne, dernièrement Bruce Springsteen... La machine on l'appelle. Et Billy Joe Armstrong est à la guitare. Bon alors pour fêter ça, j'ai remis Tim, Let It Be et Pleased to meet me dans le baladeur, pour voir. C'est Pleased to meet me qui a gagné, putain c't album. J'ai plus écouté All Shook down et Don't tell a soul, ces deux dernières années.

Jets To Brazil – Wish List

Quand ça a démarré, je me suis demandé si c'était pas Paul Westerberg ou Cracker. sur les albums de Jets To Brazil, je me rends compte que la voix de Blake Schwarzenbach ressemble beaucoup à celle de David Lowery. Et ensuite la voix de Jawbreaker revient en mémoire. J'ai mis cet album dans le baladeur avec Orange Rhyming Dictionary, parce que je ne savais pas comment sonnaient ces deux premiers disques. L'album avec l'oiseau sur la pochette, ça fait un moment que je l'ai pas écouté. C'est un groupe que j'ai écouté avant de connaître la musique de Jawbreaker. J'aime beaucoup le titre de l'album: Perfecting Loneliness.

Rusty Willoughby - Seventeen Express

C'est une très belle chanson qui est simplement accompagnée d'une guitare sèche et d'une nana qui chante avec lui en fond. On peut dire selon les canons qui sont les miens que Cobirds Unite est un grand album de l'ex-chanteur de Flop.






Black Sabbath – Changes

J'avais oublié qu'il y avait ce genre de chansons carrément pop sur Vol 4. Je me suis même demandé qui c'était, je pensais à Harry Nilsson sans reconnaître. Et puis non.








Jon Auer - One way street

Je ne sais pas choisir entre Ken Stringfellow et Jon Auer. Sur leurs albums solo, à l'image de cette chanson, Jon Auer est plus simple dans son approche. Les percussions sont moins présentes et les chansons sont davantage basées sur des guitares acoustiques moins rythmiques. Son chant net est moins sophistiqué que celui de Ken Stringfellow. C'est plus simple mais pas moins beau. Il a écrit l'album après son divorce. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire