samedi 17 octobre 2015

Les aimant tous en bloc, il n'en aime vraiment aucun.

Organisée par Cu! de Kicking Records, demain, c'est la convention du disque au Bikini comme tous les ans depuis... depuis.... Je sais plus, j'ai l'impression d'y aller depuis 50 ans. J'y trouve toujours un ou deux trucs intéressants et en général le soleil est de sortie rendant plus agréables les concerts devant le bar à l'extérieur du Bikini. En parlant de Kicking, La Kicking Radio a remis à jour sa grille de programme. Branchez-vous! Joining the Circus et le Flux Capacitor sont fidèles au poste!

Pendant ce temps, le mois d'octobre se rafraîchit. Les enfants font encore de la trottinette sur le parking. Le baladeur continue de chauffer.

Count ossie and the mystic revelation of rastafari - Sam's intro
Un riff de cuivre qui se répète, la basse arrive et puis le rythme naît. J'écoute les titres de cette compilation prise au hasard comme j'écouterais du jazz ou Karate (le groupe), c'est moins sophistiqué mais ça me fait un effet similaire. Et quel effet? Un truc différent de ce que je connais d'habitude. Différent de la pop.

The Sneetches - Don't turn back
Le son de guitare est doux, clair et raffiné. La voix qui arrive un peu après est douce, claire et raffinée. Les choeurs qui arrivent encore après sont doux, clairs et raffinés. C'est un groupe doux, clair et raffiné. Et donc on pense aux Zombies, je vous aide un peu. C'est un groupe hautement considéré parmi ceux qui le connaissent et ce n'est pas démérité mais ça sent peut-être trop le travail d'esthète appliqué, un truc irréprochable un peu gênant, vous voyez ce que je veux dire? Un peu comme ce nouveau groupe EZTV, non pas que ça ne soit pas agréable mais...

The Promise Ring - Become one anything one time
Je suis resté québlo sur Nothing Feels Good très longtemps et hop j'ai sauté le pas: Wood/Water mi amor. Sur ce titre, on entend les choeurs en premier et puis sort des bois verts la voix de Davey Von Bohlen, reconnaissable entre toutes. Et c'est parti pour un tour en douceur. Plus j'écoute ce disque, c'est-à-dire très souvent le soir en ce moment, plus je pense que c'est un grand disque et plus j'ai d'admiration pour Von Bohlen. Il faudrait expliquer en quoi l'album est différent de ce qu'ils ont fait avant mais j'ai la grosse flemmasse.... Davey Von Bohlen est un grand homme dans ce monde de brutes. C'est aussi beau qu'un disque des Go Betweens, quoiqu'un peu plus lent. On comprend pourquoi il était fan des Wannadies.
Je compte attendre de l'avoir entre les mains mais on peut d'ores et déjà écouter le nouvel album de Maritime: http://noisey.vice.com/blog/maritime-magnetic-bodies-maps-of-bones

Fig Dish - Anything black
Le rythme est à la limite du reggae/ska, on pense un peu à Police sur ce titre. Je connais pas encore bien le groupe qui fait de la bonne power pop comme je l'aime. Je ne peux pas en dire davantage. J'aime ce titre en tous cas.
Emission Flux Capacitor dédiée au groupe: Par là


Gene Clark - I know I'd want you
Bon c'est un disque que j'ai pris à la bibliothèque il y a longtemps et je ne l'ai pas écouté de bout en bout avant de le mettre dans le baladeur sur lequel j'écoute principalement en aléatoire. Je l'ai pris à cause de Teenage Fanclub et des quelques albums des Byrds que je connais, pas tous d'ailleurs Younger than yesterday et Dr Byrds and Mr Hyde, mais ce sont des albums qui m'ont mis la patée à une époque, bien que je n'aie pas l'habitude de souvent les dépoussiérer. C'est comme s'ils s'étaient trop bien inscrits dans ma mémoire. J'ai pioché l'album de Gene Clark au pif, j'y connais que dalle en mister Gene Clark, mais je crois que c'est un classique, après chacun se fait son idée. Je n'ai pas de commentaire particulier à faire, j'aime les Byrds et j'aime Gene Clark, ça je viens de l'apprendre.

Paul McCartney - Promise to you girl

"Looking at the backyard of my life..." Ca me file des frissons.

Shiner - Andalusia
Un riff, une batterie d'enfer. Qu'est-ce que c'est? J'attends la voix qui met un bon bout de temps à se pointer (et qui se pointera pas d'ailleurs). Superdrag? Non, Shiner, rien à voir. Je pensais n'avoir compilé que de la pop dans le baladeur, eh ben non. Bon Shiner et cet album The Egg, j'y ai enfin mis la main dessus tout récemment. Shiner qui a tourné avec Sunny Day Real Estate, Dropsonic, Swervedriver, Girls against Boys and co s'est apparemment formé en 1993 mais le pic d'activité discographique est ciblé fin 90, début des années 2000. L'album présente de longues parties instrumentales. La prod, c'est J. Robbins qui s'en occupe. Certaines plages sont planantes d'autres bourrent un peu plus. C'est un peu moins mélo et plus lourd que Sunny Day Real Estate. Je serai 6 pieds sous terre que j'aurais encore plaisir à entendre ce claquement sec de batterie.

Jellyfish - He's my best friend

Des harmonies entre Flaming Lips et Queen. Voilà à quoi je pense quand j'entends ce super morceau.

Pudgy - How could it be worse
Pierre Chaissac actuellement occupé avec Cantharide a eu de nombreux groupes parmi lesquels Pudgy. Et Pudgy a sorti un seul album si je ne me plante pas: Les cendriers du bal. Sacré album, même. La guitare est claire, des violons bienvenus se montrent un peu plus loin sur ce titre, on les retrouve dispersés sur l'ensemble de l'album. La voix chante en anglais avec ce petit accent français attachant qui me fait penser à un album live des Dogs que j'ai. L'accent et la voix claire donnent un ton très personnel au disque et enrichit cette pop acoustique. Des chansons mélangent naturellement français et anglais (Le nid à poussière que j'aime beaucoup). Sacré album quoi, je me répète.
Ca s'écoute sur bandcamp depuis peu: https://pudgy1.bandcamp.com/album/les-cendriers-du-bal

Built To Spill - Fling
J'ai mes petites habitudes avec Built To Spill et elles se résument principalement au Live (que j'ai trouvé mou en le réécoutant l'année dernière) et à Keep it like a Secret. C'est un groupe qui m'a énormément marqué au moment où je l'ai découvert au point que j'avais de suite acheté un tee-shirt. J'adore les solos, j'y peux rien. S'il y a donc une chose que je dois à Monsieur de Lastfm qui, à l'époque où je m'en servais de radio, m'avait gracieusement passé Center Of The Universe, c'est bien Built To Spill (et Velvet Crush). Entretemps, j'ai su apprécier l'album solo de Doug Martsch qui penche vers le blues, je l'écoutais en même temps que Skip James. J'ai aussi écouté son groupe de reprises, le Boise Cover Band. J'avais également trouvé des pirates de ses reprises très réussies des Smiths en solo. Mais j'ai été très déçu par le dernier album. Tant pis. Il s'agit ici d'une chanson de "There's nothing wrong with love", un album que je connais par quelques titres seulement. C'est une belle ballade à violons. On appréciera la voix juvénile de Doug Martsch à cette époque.

The Lifeguards - Society Dome
The Lifeguards, c'est Robert Pollard et Doug Gillard. Démarrage guitare/voix. C'est une petite ritournelle simple et bien construite. Un peu plus loin, la batterie fait son entrée et on entend comme des flûtes hystériques (ou des voix?) depuis derrière. C'est tiré d'un best of sur deux CD qui compile différents projets de Robert Pollard hors Guided By Voices (Lifeguards avec Doug Gillard, Go Back Snowball avec Mac McCaughan, Keene Brothers avec Tommy Keene, Airport 5 avec Tobin Sprout....). Il fait partie des disques que j'ai le plus écoutés cette année mais il faut bien dire un truc: compiler des titres de Robert Pollard est chose compliquée à réaliser. Les fans s'y cassent les dents et ne sont jamais d'accord. C'est ce qui est intéressant d'ailleurs: la diversité des opinions est excitante et me rend tout ça attachant. J'en profite pour parler de ce site qui aide à y voir plus clair, je suis assez d'accord sur plusieurs de leurs chroniques: http://gbvguide.blogspot.fr/
Pourtant malgré ces difficultés, Crickets est une compilation réussie, quoique le deuxième CD soit un peu plus difficile à approcher. Elle nécessiterait un volume 2 d'ailleurs parce que ça commence à dater un peu (2007). Ceci dit, plus ça va, plus je pense que Pollard, avant d'enregistrer un disque, aurait vraiment intérêt à tourner 7 fois sa langue (où il veut). Putain mec prend un peu de recul et éloigne cette bouteille de whisky! Entre les albums solos (dont un avec le batteur d'Earthquake Glue qui n'est pas trop mal), le nouveau projet Ricked Wicky qui en est à 2 ou 3 albums en 6 mois, Teenage Guitar aussi je crois, c'est impossible à suivre et cela demande surtout de trier. Je me contrebranle qu'il soit productif. Barlow dit que Pollard considère son art comme un sport. Pareil, je m'en tamponne mais quand ça demande tant de tri à faire de la part des auditeurs, ça en devient bien dommage. En outre, écouter cette compilation m'a fait concrètement prendre conscience que ses dernières sorties avec Guided By Voices ne sont vraiment pas du niveau de ce qu'on entend sur ce disque. Ce retour au lo-fi fuzzy - je pense à "Bad love is easy to do" qui vole pas haut à mon avis- ce son lo-fi fuzzy donc, n'est pas convaincant. Il y a des enregistrements bien plus intéressants ici et rien à voir non plus avec la prod ennuyeuse de Todd Tobias sans laquelle, par exemple, Coast to Coast Carpet of Love aurait pu vraiment décoller. Je le suivais un peu par fidélité et grand bien m'a pris d'aller fouiller au fond de son répertoire pour retrouver la flamme qui est bien là surtout grâce à Total Exposure et Pop Zeus. Pop Zeus, comme une bonne partie des chansons de GBV, sonne comme un hymne de stade joué par un groupe qui aurait raté une haie. J'aurais encore beaucoup de choses à dire là-dessus...

Beach Slang - Dirty Cigarette
J'ai pensé à une classe transplantée du primaire en écoutant cette chanson tout à l'heure. Je fumais pas au primaire, non mais j'ai eu un flash. Les deux premiers EP de Beach Slang me plaisent de plus en plus et j'attends beaucoup de l'album qui doit sortir sous peu. Si la prod allaient se placer au niveau des albums de Sugar, ce serait le pied.

Et le mois d'octobre 2015 ne serait pas le mois d'octobre 2015 sans Rocka Rolla de Judas Priest. A la prochaine, ne mangez pas trop gras d'ici là.

2 commentaires:

  1. houmpf
    ça fait un paquet de trucs à écouter

    Bizarrement, à part Count Ossie, je connais aucun des albums ou chansons que tu cites alors que la plupart des artistes me sont au minimum familiers

    (Robert Pollard + Mac = yeah, je vais essayer d'écouter ça en priorité)

    RépondreSupprimer
  2. Ah ben tu vois Count Ossie, je connaissais pas du tout...

    oui, Go Back Snowball = Pollard (paroles) + McCaughan (musique)
    Je ne connais donc que les 3 ou 4 chansons sur la compile qui sont plutôt cool "it is divine"= grande ballade, vraiment dans le meilleur du meilleur de Pollard, j'ai failli en parler. J'ai peur que le reste de l'album soit un peu inégal.

    Sinon, la sélection des titres, c'est pas vraiment une sélection, j'ai laissé aller l'aléatoire sur mon baladeur au taf! Ca revient plus à une sélection d'albums, mais j'aime beaucoup ces chansons.

    RépondreSupprimer