jeudi 31 décembre 2015

2015, première partie

J'ai eu envie de retracer ce que j'ai le plus écouté cette année. Ce sera présenté sans chronologie mais au moins en deux coups, parce que mine de rien, c'est un peu long à faire. Je suis plutôt de tradition orale! La suite viendra avant dimanche, j'espère.

"Même ces choses un jour nous seront un souvenir joyeux". C'est ce qu'on lit paraît-il quelque part dans l'Enéide.

La grande Robert Pollard
Crickets : Best of the Fading Captain Series 
Plus que d'habitude cette année, comme un retour aux sources, j'ai eu besoin d'écouter Guided By Voices. Pollard, c'est un gars un peu beauf qui boit trop et joue avec un groupe de beaufs. C'est rien d'autre. Il a le même âge que mon père. Quand je naissais en 1984, il avait déjà 27 ans et pendant sa période faste avec Guided By Voices il approchait de la quarantaine, il a écrit Under The Bushes Under The Stars à 39 ans par exemple. Voilà le Bob. Il m'agace souvent. Il dessine des brouillons qu'il prend pas le temps de terminer. Il écrit des hymnes de stade de temps en temps. Il en fait trop. Il en fait pas assez. Mais quand il a le truc, il l'a.
Comme si on voulait me faire un signe, j'ai retrouvé la version exacte du tout premier morceau de GBV que j'ai entendu: My Valuable Hunting Knife (live)

Mes chansons préférées après cette profonde rechute sont les suivantes:

TOTAL EXPOSURE
+ les top singles de Guided By Voices, c'était bon de faire un peu plus attention.

MY IMPRESSION NOW
DRAG DAYS
SECRET STARS
Two Inch Astronaut / ZZ Top
Foulbrood
Tres Hombres 
Parmi les jeunes pousses, j'attends beaucoup de Two Inch Astronaut, et vu le single sorti qui annonce le prochain album, ils ne sont pas encore près de me décevoir.

Two Inch Astronaut - Good Behavior (soundcloud)

Le son de Foulbrood est un mélange de piquant et de rondeur. Ma description est pas terrible mais c'est pas facile de mettre des mots dessus. C'est quelque chose de particulier et de bien travaillé. Ca se boit avec du vin. Bon, par contre, gros inconvénient, le disque ne se trouve pas en CD et le 33trs est épuisé. Pour revenir au sujet du son hyper travaillé, depuis que j'ai choppé Tres Hombres de ZZ Top (à la convention du disque du Bikini d'octobre) ce sont deux disques que je rapproche, va savoir. C'est tendu avec une sorte de moëlleux qui se dégage. Sans avoir l'air d'y toucher, les rythmes sont joués au millimètre. Les ballades du disque sont lascives, parfois ça bourre plus, un disque homogène qui file droit. Bon après c'est vrai qu'il y a des ressemblances avec Polvo mais les 2 groupes existent indépendamment l'un de l'autre.
Leur live à l'Audiotree est une sacrée bête:
Les deux premiers EP de Beach Slang
Cheap Thrills on a Dead End Street
Who would ever want anything so broken
Les albums de Beach Slang ont un son qui mélange plein de vieux trucs. Ils pourraient travailler un peu plus leurs enregistrements certes (la batterie parfois). Ils reprennent Senseless Things, les Plimsouls, Ride... Ambiance College Punk Rock. Au début, sur le premier titre qu j'ai entendu, je trouvais que la voix ressemblait un peu trop au mec de Leatherface et puis je suis tombé sous le charme avec ce set acoustique:

Pour décrire ce qu'il a en tête, Alex James Snyder dit dans une interview: "dans ma tête c'est comme si Richard Butler des Psychedelic Furs était le leader des Replacements". Je leur trouve quelque chose d'attachant parce qu'il y a du fond et qu'on sent que le type, un peu rêveur, avait besoin de sortir ses chansons. Les titres à rallonge rappellent les Smiths, le mec est passionné, les morceaux vont de l'avant malgré tout. Le titre du premier album "The things we do to find people who feel like us" me rappelle pourquoi je fais certaines choses depuis 6 ans, mais pour l'instant il ne me frappe pas autant que ces deux EP. C'est tout de même un des albums les plus passionnés de l'année joué par un mec de 40 balais.




Superchunk
I Hate Music
C'est un des albums de ces dernières années que j'écoute le plus. 

Beach Boys
Sunflower
Sunflower est l'album des Beach Boys que je préfère et je l'écoute très souvent depuis 2 ou 3 ans. Ca ne s'est pas arrêté cette année. Le son rond et sophistiqué de cet album apaise tous les maux. Sans compter la qualité des chansons, At my window et All I wanna do en tête. On devient quelqu'un de distingué quand on écoute ce disque. Il paraît qu'il existe un documentaire sur l'ingénieur du son de cet album, également ingénieur du son sur Surf's Up. Je sais plus d'où je le tiens et je ne retrouve pas l'information. Si quelqu'un est au courant...

Lightships
Electric Cables
C'est moins un album de chansons fortes qu'un album de textures qui forment une enveloppe rassurante. C'est aussi vague et doux que la pochette. Je pense que c'est l'album le plus doux que je connaisse. Il date de 2012 et je le remets assez souvent. Il a été composé par le bassiste de Teenage Fanclub et ça me rappelle à chaque fois le sentiment bizarre que ça a été de le voir jouer quand ils sont passés à Toulouse en 2010. C'est un type qui a l'air de porter un lourd fardeau et qui semble s'y résigner comme il peut, et pendant ce temps, son regard clair se perd dans les nuages.
American Football
American Football
2015 a été une année de reformations et de rééditions pour des groupes d'ados du midwest de la fin des années 90 tels Mineral et American Football. Je ne peux pas dire que ce soient les meilleurs concerts que j'ai vus de l'année, en revanche le visionnage de la série Friday Night Lights m'a presqu'obligé à écouter American Football tous les soirs pendant quelques temps. On connaît le ridicule des cultes montés sur internet, mais le disque est à la hauteur de sa réputation. Pas commun. Il y a des soirs où c'était le seul disque que je pouvais écouter.



Beulah
The Coast is never clear
Cette année je me suis dit qu'il fallait faire quelque chose avec tous ces groupes dont j'entendais parler à une époque où quand j'allais sur internet, c'était principalement sur les forums US de Weezer. Et Beulah fait partie de ces groupes tous différents comme les Ben (Folds, Lee, Kweller), Coconut Records, Harvey Danger, Death Cab For Cutie, Get Up Kids, Superdrag, Jets To Brazil, Sebadoh...
Donc j'ai pris The Coast Is Never Clear. Il faut préciser que Beulah fait partie du clan Elephant Six, ce collectif qui expérimentait dans le registre de la pop, comme si Brian Wilson étaient venus chanter Smiley Smile au-dessus de leurs berceaux (Apples In Stereo, Olivia Tremor Control...). Et justement ce que j'aime chez Beulah c'est qu'ils perdent pas leur temps en pop psychédélique dont les plages inaudibles gâchent pour moi les disques d'Olivia Tremor Control. Donc chez Beulah, c'est du concret et de la bonne chanson pop sans discontinuer. Bon y'a des trucs qui sonnent exactement comme les Kinks mais ils ont le droit. J'ai entendu Gene Autry dans un épisode de Friday Night Lights, je croyais que c'était Victoria.
Harvey Danger  / Harry Nilsson
Little By Little
Aerial Ballet

Au même titre que Beulah, ça fait des années qu'Harvey Danger est dans un coin de ma tête et je ne connaissais que partiellement leur premier album, Where Have all the merrymakers gone?. C'est celui sur lequel on entend le tube Flagpole Sitta, comme il est coutume de le dire quand on connaît mal le groupe. On peut parler de Flagpole Sitta pas de problème, mais ce serait dommage de partir sans écouter Problems and Bigger Ones et les autres, parce que ce premier album rempli de fougue ado coupe le souffle du début jusqu'à la fin. L'album a d'ailleurs été réédité l'année dernière chez No Sleep. Je me rappelle qu'après avoir entendu Flagpole Sitta sur une webradio, il doit y avoir 10 ans à peu près, j'avais visité leur site internet et ça doit être en regardant dans les liens que j'ai lu pour la première fois le nom des Posies, eux aussi originaires de Seattle. Mais l'album d'Harvey Danger que j'ai mis à l'honneur cette année est Little by Little, leur troisième et dernier album, dont la fougue toujours présente, alliée à une maîtrise désormais acquise, donne un résultat différent et plus classieux. Ca n'a rien de négatif. Une des clés du groupe est la voix incroyable de Sean Nelson. Et comme j'écoute pas mal Harry Nilsson aussi ces temps-ci, j'ai remarqué une certaine filiation entre les deux. Ce sont deux voix qui servent des chansons pop bien écrites et qui n'hésitent pas à doubler d'extravagance.
Rachel Haden  / That Dog
I Like Luci
Mean What I Say
Cette année, on a eu des nouvelles de That Dog. Elles (ils, avec le batteur) sont en train de finir leur prochain album. Une berceuse est sorti à l'automne (dispo sur itunes). C'est toujours aussi bien. J'ai écouté Mean What I Say en boucle. Des boucles fines qui tombent sur la nuque. Moi ça me surprend presque qu'il y ait encore des chansons que je découvre que je puisse écouter sans m'arrêter. Eh ben cette nouvelle chanson de That Dog est dans ce cas. De son côté, Rachel Haden, bassiste et chanteuse de talent, talent qui touche une grande partie de sa famille, a également sorti un premier EP, The Luci Parade, uniquement en digital. Les 5 titres sont exceptionnels dans une veine plus calme. Le titre Devil's in me est sorti avec un mix différent sur un 45 tours qui me fait envie, au moins pour entendre la face B inédite.



J'ai également passé et repassé ce concert des triplettes Haden où elles jouent des chansons traditionnelles:
PW Long
Remembered
Mine de rien c'est un sacré songwriter, ça s'affine, si on compare au noise blues rock de Mule. J'apprécie ce disque de plus en plus. Je l'écoute beaucoup depuis deux semaines.

Johnny Cash
American VI: Ain't no grave
C'est le disque que j'écoute tous les soirs depuis la semaine dernière. J'avais oublié comme c'était bien. Bon voilà, j'oublierai pas.

Georges Brassens
La Mauvaise Réputation
On connaît tous quelqu'un qui aime Brassens et on l'écoute souvent un peu passivement. Petit, j'avais visité le musée qui lui rend hommage à Sète et ça m'a laissé une marque. On était aussi allé à Pézenas, fief de Boby Lapointe, pour satisfaire ma soeur, dont les chansons ont marqué certaines de nos vacances. Cette année, j'ai écouté Brassens parce que j'en ai ressenti le besoin.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire