dimanche 3 janvier 2016

2015, deuxième partie

Bon, je voulais retracer toute une année musicale qui m'est personnelle bien sûr, mais je me rends compte que c'est un travail gargantuesque. Je vais oublier plein de choses. C'est difficile à organiser et quand il s'agit de musique, je n'aime pas trop organiser, mais bon, je vais rajouter quelques mots et ce que j'ai oublié fera l'objet d'articles pour 2016.

The Both / Exit Verse / Thin Lizzy
The Both
Exit Verse
Thin Lizzy

En écrivant les titres de ces 3 disques, je me rends compte que ce sont tous des éponymes et tous des premiers albums. Passons aux présentations. The both pour commencer. Je vais vous raconter l'histoire. Aimee Mann et Ted Leo ne sont pas les plus grands adeptes du "less talk, more rock" quand ils sont sur scène. Ils sont connus pour plaisanter abondamment entre les morceaux et ils poussent même le vice un peu plus loin car en marge de leurs activités musicales, il leur arrive de participer à des podcasts avec des amis humoristes. Je ne peux pas vous dire s'ils sont drôles, j'en doute pas, mais c’est de connaissances communes dans ce milieu et d’un sens de l’humour en commun – une blague sur twitter les a fait rire en chœur racontent-ils - que leur amitié s’est affirmée bien qu'ils se connaissent depuis longtemps. En 2012, ils ont participé à une tournée commune et sur la route, ils ont commencé à écrire des chansons ensemble. Ainsi est né The Both. Pour ce nouveau groupe et ces nouvelles chansons, le son du premier album de Thin Lizzy est présenté comme inspiration principale, la chanson "Honesty is no excuse" en particulier, qui est reprise à deux voix sur l'album du duo. Il se trouve que cet album de Thin Lizzy, je l'ai écouté assez souvent en début d'année et avant d'être mis au courant de l'information qui précède, j'avais fait le rapprochement avec Thin Lizzy en écoutant The Both, surtout au niveau de la texture, des voix fortes. Donc pour le coupe c'est réussi, mais les mélodies chez The Both sont plus marquées et la voix féminine amène autre chose. En tous cas l'album est très réussi. On continue avec Thin Lizzy qui vous allez le voir est le liant de mon exposé. Bien que ce soit plus lent et jazzy, j'ai également pensé à Thin Lizzy en écoutant Unsolved de Karate. Il se trouve que Geoff Farina a formé un nouveau groupe Exit Verse. Et que vois-je en lisant certaines chroniques, que ça sonne comme Thin Lizzy et Ted Leo. Je cours, je vole et je tombe sur un excellent disque de classic rock.
Pour conclure sur Thin Lizzy, Eric Belly, guitariste du trio original, a répondu à une interview au sujet du premier album. Tout roule.

Jack Womack - Random acts of senseless violence (en VO)
Cette année a été aussi marquée par une lecture importante. Merci à Laurent pour ce bouquin qui retrace via son journal intime l'évolution d'une ado dans un monde qui tombe en ruine. J'ai relu le dernier paragraphe du livre une fois par jour pendant une semaine.

La suite plus tard. Elle contiendra mes ressentis sur les concerts de Matthew Caws, des Replacements et de Mourn. Et j'essayerai de causer de Bob Nanna (Braid, The City on Film), de Promise Ring, et de la nouvelle garde côté US qui me botte: Superheaven et Rozwell Kid.

2 commentaires:

  1. (avant tout, bonne année à tous ^_^)

    Pfiou, en attendant la troisième partie, ya déjà largement de quoi remplir 2016...

    J'attends avec impatience ton ressenti sur le concert de Mourn (Primavera sans doute, pour ma part je les ai ratées lors de leur passage au Trabendo :/)

    Merci pour le livre de Womack, je sens que je suis bon client pour ce genre de trucs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Mourn c'était au Primavera, le dernier concert qu'on a fait si je me plante pas. Je suis resté figé. Ah la jeunesse....
      Bon par contre je sais pas quand je mettrai le prochain post... J'aimerais m'appliquer un peu dans la rédaction.
      A la prochaine!

      Supprimer